Blog

Blog Toutes les infos sur les phasmes, les mantes, blattes, cétoines

Blog Toutes les infos sur les phasmes, les mantes, blattes, cétoines

Bien débuter dans l’élevage de phasmes

Pour bien débuter dans l’élevage de phasmes, un matériel de base est nécessaire :

- Un terrarium (d’au moins 40 cm de hauteur) adapté à la taille de l’espèce, avec aération

- Un pot d’eau (qu’il faudra impérativement boucher avec de l’essuie tout pour éviter les noyades)

- Un substrat (au choix, vous pouvez utiliser du terreau ou de la tourbe sans pesticide vendu en animalerie, ou bien de l’essuie tout, qui permet de nettoyer essaiment le terrarium)

- La plante nourricière (selon l’espèce, les plus connus sont la ronce, le lierre, le chêne, le millepertuis etc…)

- Un hygromètre (même si ce n’est pas obligatoire, cela permet de savoir l’humidité ; dans l’air)

- Un brumisateur (pour arroser le terrarium tous les 2 jours environ.)

 

Pour aménager votre terrarium (avant l’arrivée de vos insectes), assurer vous qu’il soit hermétiquement fermé pour éviter les évasions. Placer le dans une pièce lumineuse sans soleil directe. Installer le substrat légèrement humide, puis le pot d’eau avec la plante nourricière. Veillez à bien boucher le pot d’eau. Si vous en avez un, installer votre hygromètre sur une paroi du terrarium. Il ne vous reste plus qu’à arroser légèrement l’ensemble du terrarium et à y installer vos phasmes.

Il est conseillé de maintenir le terrarium à une hygrométrie d’environ 65%. Pour cela, il vous suffit d’arroser le terrarium tous les 2 ou 3 jours.

La plante nourricière, le pot d’eau et le substrat devront être changé toutes les semaines.

ATTENTION : Pour débuter, des espèces faciles d’élevages sont proposé à la vente, mais certaines de ses espèces sont invasives, il faut donc réguler impérativement les populations.

 

Le dimorphisme sexuel chez les phasmes

Chez les phasmes, comme chez la plupart des insectes, on constate que les mâles sont toujours plus petits que les femelles et souvent plus colorés. La différence entre mâle et femelle se nomme dimorphisme sexuel. On peut discerner les mâles des femelles grâce à leurs tailles à l’âge adulte. Cependant, dès les premiers stades, quelques astuces permettent de différencier les 2 sexes.

Pour tous les phasmes du type phyllium, on observe dès les premiers stades une différence au niveau de l’abdomen (la feuille). En effet, chez les males phyllium, la forme de la feuille est beaucoup plus triangulaire que chez les femelles. Cette différence s’observe dès les stades L2, L3.

Pour toutes les espèces du type « bâton », les mâles possèdent une excroissance au bout de l’abdomen. Cette spécificité s’observe dès les stades L3, L4.

Evidemment, chaque espèce a ses particularités, ce qui permet de les différencier. Il faut bien se renseigner auprès du vendeur avant l’acquisition, pour savoir sexer ses phasmes.

ATTENTION : Certaines espèce sont vendues (en œufs ou en vivants) sous l’appellation « non sexuée » ou encore « espèce parthénogénétique ». Ces termes signifient que l’espèce se reproduit par parthénogenèse (mode de reproduction monoparental). Par conséquent, l’espèce vendue est essentiellement composée de femelles.

 

L’incubation chez les phasmes :

Chez les phasmes, l’incubation est une étape capitale. Bien que très simples, des conditions optimales augmenteront fortement votre taux de naissance même chez les espèces les plus difficiles à élever ! La vente d’œufs de phasmes est de plus en plus répandue et offre des tarifs très intéressants .La plupart des œufs ont une durée d’incubation comprise entre 1 et 6 mois. Passé ce délai, des jeunes devraient normalement sortir.

Pour réussir son incubation, trois points essentiels sont à respecter :

  • La température (idéale à 23°C pour la majorité des espèces)
  • L’hygrométrie (comprise entre 70 et 90 %)
  • Le substrat (idéalement de la vermiculite)

Pour faire éclore ses œufs de phasmes:

Il faut les déposer dans une boite confinée avec des petites aérations. Au fond, il faut mettre 1 à 2 cm de substrat (plus, si l’espèce enterre ses œufs). Le substrat le plus couramment utilisé est de la vermiculite, vendue en animalerie. La tourbe blonde peut être également utilisée mais occasionne souvent des moisissures (signes de trop d’humidité).

La température idéale pour avoir un maximum de naissances est de 23°C, cependant ce chiffre peut varier selon les espèces et la taille des œufs (plus ou moins fragiles). Pour obtenir cette température, on peut placer un petit tapis chauffant sous ses incubateurs ou bien installer une lampe chauffante. Ces deux moyens de chauffage devront être placés plus ou moins loin des œufs pour ne pas risquer de tuer la nymphe.

L’hygrométrie (l’humidité dans l’air) varie selon les espèces. Pour des œufs du type Phyllium (phasmes feuilles) une hygrométrie s’approchant des 90% semble appropriée. (Elle peut être apportée par des brumisations hebdomadaires). Pour les autres espèces, une base de 80% d’humidité  permettra un taux de naissance acceptable.

ATTENTION : Si les jeunes restent coincés dans l’œuf ou ne sortent pas après une durée d’incubation dépassée, c’est sûrement que la  température est trop haute et l’hygrométrie trop basse.  A l’inverse, la présence de moisissures indique un surplus d’humidité et un manque de chaleur. Il faut impérativement réguler ces paramètres (utilisation d’un thermomètre et d’un hygromètre en vente dans tous les magasins spécialisés).

Il est tout de même conseillé de se renseigner sur les conditions d’incubation et d’élevage avant d’acquérir des œufs.